Océanie

Crâne d’ancêtre Langat

Pays Mandak, Nouvelle-Irlande

Crâne, cire d’abeille, pigments,
coquillages et opercules de turbo
19ème siècle
Hauteur : 22 cm

Ex collection Mathias Komor, New York
Ex Sotheby’s New York, 29 Nov. 1984 lot 71
Ex collection Antonio Casanovas, Arte y Ritual, Madrid
Ex collection privée, Bruxelles
Ex collection Adrian Schlag, Bruxelles

Publié dans : Golgotha, Martin Doustar, 2014

Publié : Poésie Féroce – Arts anciens de Nouvelle-Irlande, 2019

Prix : nous consulter

Melanesia – Eastern Papua New Guinea
En savoir plus
Les musées allemands exprimaient une forte demande d'objets ethnographiques et de crânes en particulier. En effet, la collecte et l'étude systématiques des crânes à la fin du XIXè siècle et au début du XXè siècle a été une entreprise importante pour les anthropologues. Elle a fourni une base pour la craniométrie systématique, essayant finalement par une approche rationalisée de mesures scientifiques de jeter les bases pour justifier la ségrégation de la société basée sur la race (cette pseudo-science a même été utilisée par les Nazis dans les années 1930, mais est aujourd'hui entièrement abandonnée). La collecte de crânes auprès des peuples autochtones des Mers du Sud a donc fourni des données précieuses aux anthropologues de l'époque. En conséquence, les crânes étaient très demandés par les administrateurs coloniaux et les résidents qui envoyaient des curiosités en Allemagne.
La pratique de surmodelage des crânes dans le cadre des cérémonies Malagan était limitée au pays Mandak, aux îles Tabar et au sud de Fissoa. Notre crâne est probablement un crâne surmodelé de type Langat, issu du pays Mandak. Il aurait été présenté dans le cadre de rites funéraires Malagan de la région allant de Fissoa à Lemeris.
Quelques lunes après l’inhumation, les crânes des défunts sont récupérés puis conservés de longs mois, voire des années dans des paniers pendus dans les poutres de la maison des hommes. Juste avant les dernières étapes de la cérémonie Malagan du défunt, les experts du rituel récupèrent un des crânes de la maison des hommes, qui peut être celui du défunt ou un autre, symbolisant le défunt. La mâchoire inférieure est démontée et repositionnée afin de lui donner un menton plus allongé. Dans certains cas, la mâchoire d'un porc est utilisée en remplacement de celle de l'homme. Les os sont ensuite recouverts de cire d'abeille et de pâte de noix de Parinarium laurinum. Une épaisse couche de craie mélangée à du jus d'arbre à pain est ensuite appliquée. L'expert rituel insère dans les orbites oculaires du crâne un iris fait à partir de la coquille de cauris blanc Cypraea tigris. Il ajoute ensuite les pupilles, des opercules de l'escargot de mer Turbo Petholatus. Les cheveux et la barbe sont représentés par des fibres tressées, ou de nombreuses coquilles de cônes minuscules de Truncatella guerinni. Finalement, le visage peut être peint avec des pigments jaunes (provenant de la décoction d'une plante des marais), de l'ocre rouge et du noir de carbone. Ces crânes surmodelés s'appelaient Malagan Matampiriwit. D’autres crânes surmodelés, gardent une face très noire, couverts seulement de cire d’abeille et de pâte de noix de Parinarium laurinum. Les crânes de ce type sont nommés Langat.
D'un point de vue Mandak, le mot Matampiriwit porte le concept de peur, tout en faisant également référence au nid d'oiseau. Un sentiment de peur est également répandu chez les figures ancestrales Uli. Les Uli et les crânes surmodelés sont des objets de Malagan, qui doivent être activés pendant les rituels par des sorts et des sacrifices. Ils relient le peuple au principe de la force vitale du clan et à ses esprits tutélaires. Il ne s'agit pas d'un portrait du défunt et n'importe quel crâne disponible peut être utilisé. Pendant la cérémonie, ils deviennent des objets de Malagan qui incarnent la force vitale du clan. Lors de la dernière étape de la cérémonie, les crânes surmodelés Malagan Matampiriwit sont enfin présentés aux pieds des Uli, sur le banc rituel. D'après les premières sources, ils sont souvent détruits après les cérémonies. Les crânes surmodelés appelés Langat ne sont pas détruits, ils sont confiés à de jeunes garçons pour qu'ils s'en occupent. Ils restent toujours dans l'enceinte sacrée.
Le 15 octobre 1910, l’administrateur colonial Wilhem Wostrack, en poste à Namatanai, écrivit au Linden-Museum de Stuttgart : « Une grande cérémonie funéraire fut organisée en l'honneur du célèbre chef Takau qui était décédé depuis un an. Lors de cette cérémonie, le crâne a été présenté de la manière habituelle. De plus, le défunt était représenté par un personnage en bois sculpté, ce qui lui permettait de participer à la cérémonie. Le crâne était recouvert de cire d'abeille noire, il était donc très réaliste. Peut-être pour rendre le visage plus proche de celui de l'homme mort, le visage a également été peint en blanc avec de la chaux. De la tête étaient pendues de longues monnaies de coquillage, la monnaie actuelle des indigènes... Je n'ai pas réussi à obtenir le crâne, il a été immergé en mer. »