Amérique du Nord

Edward S. Curtis
(1868-1952)

Orotone
The Vanishing Race - Navaho

Orotone original encadré
(Curt-Tone ou Goldtone)

Signé

1904
Planche 1 du Volume I
du portofolio The North American Indian

Dimensions de l’image:
19 cm x 24 cm

Dimensions avec le cadre:
28.5 cm x 33.7 cm

Prix : nous consulter

America - Southwest
En savoir plus
La photographie présentée ici, intitulée « Vanishing Race – Navaho », est probablement l'image la plus connue et emblématique du travail d'Edward S. Curtis. Ce dernier l’avait lui-même choisie comme photographie d'ouverture du premier volume de son oeuvre "The North American Indian".
Les orotones originaux de Curtis tel que celui présenté ici sont les oeuvres les plus rares et recherchées de ce photographe majeur.

Voici la description que propose Curtis de cette image dans le 1er volume de son oeuvre The North American Indian:
« Le but de cette image est de transmettre l’idée que les Indiens en tant race, dépossédés de leur force tribale et dépouillés de leurs habits primitifs, s’engagent dans les ténèbres d'un avenir inconnu. Estimant que cette image illustre pleinement la réflexion qui a inspiré l'ensemble de son travail, l'auteur l'a choisie pour figurer en ouverture de la série. »

Les Orotones ou Curt-Tones
Edward S. Curtis a perfectionné la technique de tirage appelée Goldtone ou Orotone à tel point qu’il a fini par s’approprier cette technique et lui donner l’appellation de "Curt-Tone" d’après son propre nom.
Même si Curtis a été le principal promoteur des orotones au début du 20ème siècle, ce procédé de tirage photographique a été très peu utilisé par la suite du fait de sa complexité et de son coût.
Le procédé d’orotone que Curtis privilégiait consistait à prendre une plaque transparente de verre optique et de verser une émulsion liquide sur la surface de la plaque. Curtis projetait ensuite son négatif sur le verre pour exposer l’émulsion et créer ainsi une image positive. Les hautes lumières et les ombres n’apparaissaient pas clairement à moins d’appliquer un fond à l’arrière de l'image. Pour ce faire, il mélangeait une combinaison d'huiles de banane et de poudre de bronze ou d’or pour créer un effet sépia ou doré.
Le processus final consistait à appliquer la plaque de verre sur l’émulsion et s’assurer de la cohésion et de la stabilité chimique du rendu.
La faible adhérence de l’émulsion sur le verre et la variation dans la composition des mélanges rendait la réalisation de chaque orotone complexe, coûteuse et fastidieuse, sans garantie de succès ou d’homogénéité du résultat d’un tirage à l’autre.
Pour autant, la brillance de l'or qui se réfléchissait à travers le verre donnait aux orotones de Curtis un relief et une clarté qu’aucun autre procédé photographique ne pouvait égaler.