Archives

Figure de Gardien de
Reliquaire Mahongwe

Gabon

Bois sculpté et cuivre
H: 54 cm
Début du 20ème siècle

Ex collection Charles Ratton, Paris
Ex collection Madeleine Rousseau, Paris
Ex collection Arman, New York
Ex collection André Schoeller, Paris
Ex collection Merton Simpson, New York
Publié: Le Musée Vivant, Novembre 1948
Numéro 36-37, fig. 9, p. 16.

Publié: Parcours des Mondes 2015

Prix : vendu

Afrique Centrale
En savoir plus
Établis dans le Gabon Oriental, les Mahongwe, sous-groupe du peuple Kota, accordent une importance fondamentale au culte des ancêtres. Leurs sculptures cultuelles, au premier rang desquels figurent les boho-na-bwete, les gardiens de reliquaires (littéralement les “visages du Bwete“), sont empreints de force, de mystère et de sacralité.
Les figures de reliquaire rythment et animent la société Mahongwe. Leur rôle ne se limite pas au culte aux ancêtres, elles apparaissent également à l’occasion de l’initiation des jeunes garçons ainsi que lors de rituels de chasse et de guérison.
Les figures de reliquaire Mahongwe ont très tôt été collectées et recherchées en raison de leur stylisation et de leur modernité saisissantes.
Jacques Kerchache, qui avait rassemblé un important corpus de reliquaires Mahongwe lors de ses voyages au Gabon, les considérait comme la forme la plus aboutie dans l’art Kota. L’exposition dédiée aux Mahongwe qu’il organisa en 1967 dans sa galerie parisienne et le catalogue de référence qu’il publia à cette occasion révélèrent au public l’esthétique et la puissance fascinantes de cet art.
Construite autour d’une âme en bois, la figure illustrée ici se distingue par son décor constitué d’une unique et large plaque de cuivre recouvrant le visage et présentant un décor martelé. Ce style est probablement unique dans le corpus restreint des figures Mahongwe répertoriées dans les collections privées et muséales.
Cette figure historique avait été acquise par Madeleine Rousseau auprès de Charles Ratton. Elle est ainsi publiée dès 1948 dans la revue Le Musée Vivant (numéro 36-37, figure 9 page 16). Elle a ensuite notamment rejoint la collection du sculpteur et grand amateur d’art africain, Arman.