Afrique

Figure féminine Bobo ou Tiefo

Burkina Faso

Bois sculpté
Début du 20ème siècle ou antérieur

Hauteur : 46 cm

Ex Sotheby’s Paris, 8 Juin 2007 lot 44
Yale University Art African Art – GvR Archive 0079331

Publié dans : AfriCubisme, 2018

Prix : nous consulter

Western Africa
En savoir plus
Cette figure féminine est un exceptionnel exemple de statuaire classique du Burkina Faso.
Elle constitue l'incarnation de la sagesse, de la puissance et de l'expérience d'une ancêtre féminine, intermédiaire idéal entre les vivants et les esprits tutélaires de la famille.
Bien que cette figure a longtemps été attribuée aux Mossi / Bobo Fing, des recherches récentes tendraient à penser que l'origine de cette figure est plutôt chez les Bobo ou Tiéfo (Tchifo)
Le corpus de la grande statuaire du Burkina Faso (ex Haute Volta) est très restreint. Mentionnée dès le début du 20ème siècle par Ruelle (1904), Tauxier (1917) et Frobenius (1926), il fallut attendre les années 1960 pour connaître sa signification. Selon C. Roy ("Art of the Upper Volta Rivers", 1987), les statues de bois sont utilisées par les Nakomsé (descendants des conquérants) dans un contexte politique, pour affirmer l'autorité visuelle du chef. Elles peuvent servir lors des funérailles ou encore recevoir chaque année les libations offertes aux ancêtres. Elles sont alors conservées à l'intérieur de la case de l'épouse la plus âgée du chef. Cette nécessité très ponctuelle et leur conservation dans un lieu fermé aux regards expliquent à la fois leur rareté et le style très individuel de chacune. Selon C. Roy, « un artiste ne sculpte parfois dans sa vie qu'une ou deux statues pour un chef et il ne peut travailler que pour un ou deux chefs de la région. Ainsi les statues gardées par un chef sont souvent le fruit du travail de plusieurs sculpteurs, au cours de plusieurs générations de chefs d'un même clan».