Afrique

Figure Songye

République Démocratique du Congo

Figure de pouvoir Boanga

Bois sculpté, fibres
Début du 20ème siècle ou antérieur
Hauteur : 32 cm

Ex collection Lüders, Stuttgart
Ex Galerie Alex Vömel, Dusseldorf, 1984
Ex collection Adrian Schlag, Bruxelles
Ex collection Joaquin Pecci, Bruxelles
Ex collection Marc Franklin, Oregon

Exposée :
« Afrikanische Kunst, Eine süddeutsche Sammlung », Düsseldorf, 1984
Publiée sur la 4ème de couverture du catalogue de l’exposition

Prix : nous consulter

Afrique Centrale
En savoir plus
Les Songye sont un peuple d’Afrique Centrale présent dans le sud-est de la République Démocratique du Congo, près de la rivière Lomami. Ce peuple compte aujourd’hui 200 000 habitants.
L’organisation politique des Songye est structurée autour de la personnalité du chef, figure sacrée et bénéfique. Celui-ci est doté d’un pouvoir magico-religieux. A l’instar de nombreuses autres ethnies africaines, des sociétés secrètes structurent la vie sociale, politique et religieuse. Appelés Boanga (ou nganga), les fétiches et les amulettes sont des objets omniprésents chez les Songye, dont la vie sociale est imprégnée par la magie. S’ils apportent la richesse, la fécondité et assurent le succès, ils ont également pour fonction de protéger contre les « forces hostiles », telles que la foudre ou encore la maladie. Ces statuettes sont fabriquées et utilisées par des féticheurs qui pouvaient les invoquer lors du rituel de la pleine lune. Du fait de la puissance de ces figures, leur manipulation devait s’entourer de précautions particulières. Ainsi, il ne devait généralement pas y avoir de contact physique direct avec la figure, celle-ci se devait d’être manipulée à l’aide de baguettes en bois ou en métal afin de la garder à distance.
Ces fétiches pouvaient être ornés d’une corne d’antilope. C’est dans la corne qu’était contenu la « médecine » qui permettait la transmission à son possesseur de la force suffisante pour empêcher qu’une injustice soit commise.