Nouvelles Acquisitions

Figure en pierre Kulap

Barok, Nouvelle-Irlande

Pierre sculptée
19ème siècle
Hauteur : 39.5 cm

Ex collection Antonio Casanovas, Arte y Ritual, Madrid
Ex collection particulière, Paris

Publié : Poésie Féroce – Arts anciens de Nouvelle-Irlande, 2019

Prix : nous consulter

Melanesia – Eastern Papua New Guinea
En savoir plus
Voici ce qu'indique Wilfred Powell en 1883 dans son ouvrage "Wanderings in a Wild Country or Three Years Amongst the Cannibals of New Britain" en page 249 : « En Nouvelle-Irlande, à la mort d'un membre d'une famille importante, l'un des hommes de cette famille se rend dans une tribu vivant dans la chaine de montagne Rossel. Il obtient alors une statue de craie sculptée, soit un homme ou une femme selon le sexe du défunt. Il retourne alors dans son village et la donne dans le plus grand secret au chef à qui elle est destinée. La statue est ensuite placée dans une petite "chapelle mortuaire" (je ne sais pas comment l'appeler autrement) qui est construite à l'intérieur d'une autre maison. Elle est décorée de toutes sortes de plantes variées, en compagnie d'autres figures du même type, où elle demeure (pour combien de temps je ne sais pas). Cette curieuse pratique découle d'une superstition à l'égard de l'esprit du défunt, dans laquelle ils croient que le fantôme doit avoir quelque demeure sur terre, ou qu'il hantera les survivants de sa défunte famille, pour leur faire du mal. Ils placent donc cette figure pour que l'esprit du défunt aille l’habiter, tandis que le corps du défunt se décompose dans la terre ou en mer, selon les conditions des funérailles. Les femmes n'ont jamais le droit de s'approcher ou de regarder ces statues sous peine de mort. La craie qui compose ces figures et qui se trouve au sommet de la montagne Rossel est, je crois, l'un des seuls, sinon le seul, gisement de craie formé dans le Pacifique Sud. »