Océanie

Boucles d’oreille
Putaiana

Îles Marquises, Polynésie Française

Ivoire marin et coquillage
19ème siècle
Longueur : 5 cm

Ex collection Colonel Guérard, acquises en 1905
Ex collection Bernard & Bertrand Bottet, avant 1947
Ex Christie’s Paris (Bottet collection), 14 juin 2011, lot 99
Ex Galerie Yann Ferrandin, Paris
Ex collection particulière, Paris

Prix : nous consulter

Central Polynesia
En savoir plus
Comme l’indique Edmond de Ginoux (ethnologue en Polynésie française dans les années 1840), « aucun Marquisien […] ne se montrerait sans avoir les oreilles garnies ». Les grands kouhau en bois découpé et blanchi ou les hakakai en dents de cachalot d’une seule pièce, sculptées et décorées de tiki en relief étaient réservés aux hommes.
Les putaiana quant à eux étaient des ornements d’oreille féminins et se transmettaient de mère en fille. Ils figuraient généralement un ou plusieurs tiki ou parfois comme ici des scènes liées à des épisodes mythologiques. La partie ornée se portait derrière le lobe de l’oreille, maintenue par une cheville traversant l’extrémité en pointe. Parfois une longue chaînette rejoignait les deux putaiana et pendait sur la nuque.

Ces parures, extraordinaires œuvres d’art aux yeux des Occidentaux, s'inscrivaient au sein de cérémonies complexes. Selon Claude Stéfani, dans L'art ancestral des Iles Marquises, ces "objets étaient mis en situation, prenant leur réelle dimension dans un univers culturel, celui de l'Océanie, qui privilégiait les arts immatériels comme la danse ou la parade et où l'agencement, a priori éphémère, des parures avait la même importance que leur beauté intrinsèque."