Océanie

Figure à crochets
Yipwon

Korewori
Papouasie-Nouvelle-Guinée

Fleuve Korewori, Moyen Sepik

Bois sculpté et coquillages
Première partie du 20ème siècle
Hauteur : 48 cm

Ex collection Naomi Lindstrom (1924-2014), USA
Ex collection Todd Barlin, Sydney

Prix : nous consulter

Melanesia – Papua New Guinea
En savoir plus
Traversant les chaînes de collines et les marécages environnants, la rivière Korewori (anciennement Karawari) est l'un des nombreux affluents du Sepik, le fleuve nourricier à l'est de l'île de Papouasie-Nouvelle-Guinée.
La découverte en Occident de l’art du Korewori (Moyen Sepik) a constitué un choc intellectuel et artistique majeur.
En 1960, le Museum of Primitive Art (New York) montre pour la première fois des figures à crochets du Korewori mais il faut attendre 1968 pour qu’une exposition pionnière consacrée à l'art de cette région, "Caves of Karawari", soit organisée à la D’Arcy Galleries de New York. Cet événement fit découvrir au public une esthétique alliant audace formelle, modernité et férocité.
Dans l’art ancien des populations Yimam (Yimar) et Inyai-Ewa vivant le long de la rivière Korewori, le corps humain est transformé, stylisé et ramené à des volumes en deux dimensions. Les grands crochets yipwon et les figures d’esprit anthropomorphes figurent des silhouettes rythmées de courbes et de pointes jouant sur les pleins et les vides.
L’art ancien du Korewori offre des résonances fascinantes avec l’œuvre d’artistes tels qu’Henry Moore, Roberto Matta ou Alberto Giacometti.
Ces figures rituelles nommées yipwon étaient liées à la chasse et à la guerre. Selon un mythe fondateur du Korewori, les yipwon sont les enfants du Soleil, conçus à partir de copeaux de bois tombés lors de la sculpture du premier tambour. Un des enfants yipwon, mû par un instinct guerrier, commit un jour un meurtre. De peur des représailles, il se réfugia dans la Maison des Hommes et se figea telle une statue de bois. Outré par le comportement de sa progéniture, le Soleil quitta la terre, mais y laissa les yipwon, qui eurent dès lors pour mission de guider les hommes, notamment lors des expéditions de chasse aux têtes contre les groupes ennemis voisins.
Les yipwon de grande taille appartenaient au clan tout entier. Ils étaient conservés dans la Maison des Hommes ou dans les grottes sacrées réservées aux cultes. Les charmes de petite taille étaient quant à eux utilisés par les guerriers à titre individuel.
Avant le départ au combat, les yipwon étaient invoqués pour assurer le succès de l’expédition guerrière. Ils se chargeaient dès lors de capter l’énergie vitale et le souffle guerrier des ennemis pour les rendre vulnérables lors des combats. En cas de victoire, les yipwon étaient célébrés et recevaient des libations rituelles. En revanche, en cas de défaite, ils étaient abandonnés.
Les sculptures yipwon figurent à la fois l’intérieur et l’extérieur du corps, le squelette tout comme les organes internes et les traits du visage. Les parties bombées au centre des crochets symbolisent le centre vital animant l'esprit guerrier.

La figure présentée ici se distingue par son élégance guerrière et son dynamisme.
Elle provient de la collection de Naomi Lindstrom (1924-2014), une voyageuse infatigable et passionnée qui durant sa carrière
pour la compagnie aérienne Pan Am a sillonné le globe et assemblé une remarquable collection d'art des quatre coins du monde.