Afrique

Figure féminine Attié

Côte d'Ivoire

Atyé (Akye)
Région Lagunaire

Bois sculpté
Fin du 19ème ou début du 20ème siècle
Hauteur : 42 cm

Ex collection Alain Lecomte, Paris
Ex collection Adrian Schlag, Bruxelles
Ex collection particulière, Paris
Publiée: « La région Lagunaire », 2016, p. 16

Prix : nous consulter

Western Africa
En savoir plus
Douze groupes humains vivant dans la région de la lagune au sud-est de la Côte d’Ivoire présetent des statues divinatoires de ce type. Celles-ci jouaient un rôle d’intercesseurs entre le monde des vivants et celui des entités surnaturelles. Comme l’a écrit Alain-Michel Boyer (Arts d’Afrique et d’Océanie. Fleurons du Musée Barbier-Mueller, 2007: p. 151), ces figures divinatoires sont appelées «nkpasopi» (nkpa signifie statuette et sopi est le nom d’une femme).
Célébration de la féminité, ces statues étaient utilisées lors de rituels de fécondité. Elles servaient également aux devins et guérisseurs pour soigner les maladies et transmettre des messages au monde des esprits.

Haute de 42 cm, cette sculpture féminine aux traits délicats, à la coiffure raffinée et aux courbes sensuelles incarne un idéal de beauté féminine.
Les bras et les jambes galbées, le visage serein et les proportions du corps traduisent une forte influence des Baoulé voisins, bien que les solutions plastiques mises en œuvre ici font preuve d’une audace formelle propre aux Attié. Les marques de scarification en volume entre les sourcils et le long du cou sont également caractéristiques de cette culture.
On notera la juxtaposition fascinante entre pleins et vides sur cette figure féminine. Les bras et le nombril font écho aux angles des fesses et des mollets tandis que les mains et les pieds allongés donnent à la sculpture un grand dynamisme. Les traits du visage sont intensément expressifs et délicats. La composition de la figure illustre combien le traitement du corps humain est constamment repensé et réinventé dans le corpus de la statuaire lagunaire classique.