Archives

Massue de guerre U’U

Îles Marquises

Bois sculpté
19ème siècle
Hauteur : 150 cm

Ex collection Udo Horstmann, Zug, Suisse
Ex collection Mark & Carolyn Blackburn, Honolulu
Ex collection Leo et Lillian Fortess, Honolulu, numéro d’inventaire 154G
Ex collection Eric et Esther Fortess, Boston

Publié : Voyages… Du Pacifique Nord au Pacifique Sud sur les traces du Capitaine Cook, 2019

Prix : vendu

En savoir plus
En 1900, Paul Gauguin notait que : "Chez les Marquisiens en particulier, il y a un sens inégalé de la décoration. Donnez-leur un sujet aux formes géométriques les plus disgracieuses et ils réussiront à garder l'ensemble harmonieux et à ne laisser aucun espace déplaisant ou incongru. Le motif de base est le corps humain ou le visage, surtout le visage. On s'étonne de découvrir un visage là où l'on pensait qu'il n'y avait rien d'autre qu'une étrange figure géométrique. Toujours la même chose, mais jamais la même chose " (Wardwell 1967 : 41).

Cette exceptionnelle massue de guerre est un exemple ancien et très pur de u'u.
La partie supérieure comporte une série de trois têtes de tiki sculptées en volume. Le décor incisé figure des motifs circulaires autour des têtes de deux des tikis et présente une asymétrie rare : tandis que le bord de l'un d'eux est décoré d'un motif rayonnant, l'autre présente cinq lignes courbes qui rappellent une marque de tatouage marquisien appelé ipu ("contenant"). Sous la barre médiane au sommet de la massue, un autre visage de tiki apparaît, entouré de motifs raffinés et géométriques. Les représentations des tiki confèrent à l'ensemble une remarquable expressivité. Les marques de tatouage ajoutent au raffinement et à la grâce de l'ensemble. La qualité de la sculpture et la superbe patine foncée témoignent de l'ancienneté et de l'utilisation prolongée de cette massue ancienne.

Carol S. Ivory note dans "Adorning the World : Art of the Marquesas Islands" publié par le Metropolitan Museum of Art de New York, 2005 : La guerre faisait partie intégrante de la vie marquisienne. Les armes comprenaient des frondes, des lances et des massue de guerre en bois de fer, un bois lourd et dense que les Marquisiens appelaient toa, qui était aussi le mot pour "guerrier". Les massues u'u constituaient une arme efficace de combat pour le corps à corps, et servaient aussi de symbole de prestige pour les chefs et les guerriers.