Afrique

Poupée Biga
Mossi

Burkina Faso

Poupée de fertilité

Bois sculpté
Début du 20ème siècle
Hauteur : 30 cm

Ex collection Thomas G. B. Wheelock (1941-2016), New York
Ex collection particulière, New York

Prix : nous consulter

Western Africa
En savoir plus
Il s’agit d’une « poupée de fertilité » nommée Biga en langue Mossi. Les poupées biga étaient offerte aux petites filles pour leur apporter bonheur, prospérité et fécondité.
Ces petites sculptures faisaient l’objet de soins attentifs. Elles étaient parées de colliers et de bracelets de perles, nourries et lavées symboliquement.

Comme l'indique le Smithsonian National Museum of African Art, ces figures féminines stylisées étaient sculptées par les forgerons Mossi. Les parents les donnaient à leurs filles qui s'en servaient pour jouer mais également pour apprendre à s'occuper des enfants. Plus tard, les biga pouvaient jouer un rôle dans l'initiation et à l'occasion de l'accouchement. Si une femme avait de la difficulté à avoir des enfants, elle pouvait demander à ce que soit réalisée une version agrandie de sa poupée d'enfance.

En ce qui concerne la provenance, Thomas GB Wheelock était un célèbre auteur et collectionneur d'art africain spécialisé sur le Burkina Faso.
Il a notamment été directeur adjoint du Center for African Art à New York de 1984 à 1989 et auteur d'ouvrages de référence dont "Art From Upper Volta", Colorado State University, 1975, "Land of the Flying Masks : Art and Culture in Burkina Faso" avec Christopher Roy en 1987.